Conseil des arts du Canada

Le Conseil des arts du Canada a été créé en 1957 en vertu d'une loi du Parlement afin de «favoriser et promouvoir l'étude et la diffusion des arts, ainsi que la production d'œuvres d'art».  Il est devenu  depuis le plus important organisme voué au soutien des arts au Canada. Les liens entre le Conseil et M. et Mme Killam sont doubles. En effet, M. Killam est décédé en 1955 sans testament, selon sa volonté, car il avait un engagement d'honneur avec le gouvernement d'alors, en vertu duquel la moitié de sa succession servirait à promouvoir les arts au Canada. La moitié de la donation initiale qui a permis de créer le Conseil des Arts provenait directement de M. Killam. 

De plus, un legs supplémentaire a été fait au nom de Mme Killam, après sa mort, afin de créer des chaires de recherche d'une durée de deux ans, qui permettent à des chercheurs de se consacrer à un projet particulier. Le Conseil des arts a également créé cinq Prix Killam dont les lauréats proviennent des disciplines suivantes : sciences humaines, sciences sociales, sciences de la santé, sciences naturelles, et génie. Ces prix, d'une valeur de 100 000 $ chacun, permettent d'honorer des chercheurs exceptionnels qui poursuivent leur travail.  

Souhaitez-vous faire partie de l'héritage Killam? Pour en savoir plus

Prix Killam

  • Prix Killam

    Les Prix Killam sont attribués chaque année à des chercheurs canadiens qui se sont distingués dans le domaine des sciences de la santé, des sciences naturelles, du génie, des sciences sociales et des sciences humaines. Le Conseil accorde habituellement chaque année un prix de 100 000 $ dans chacune des cinq catégories. Les Prix Killam visent à rendre hommage à d'éminents universitaires qui travaillent activement dans le domaine de la recherche au Canada et au sein d'universités, d'hôpitaux, d'instituts scientifiques ou de recherche ou d'autres établissements du genre, et ont pour but d'encourager la contribution continue à la recherche au Canada. Les prix ne se rattachent pas à une réalisation particulière, mais permettent de reconnaître une carrière distinguée et des contributions remarquables dans l'un de ces domaines. Les prix, qui ne sont remis qu'à des citoyens canadiens, sont décernés aux chercheurs en prévoyant que ceux-ci continueront à faire bénéficier la communauté canadienne de la recherche de leurs travaux.

  • Bourses de recherche Killam

    Les Bourses de recherche Killam, dont le montant s'élève à 70 000 $ par année, visent à permettre à des chercheurs de se libérer de leurs tâches habituelles d'enseignement et d'administration. Les fonds sont versés à l'université ou à l'établissement de recherche qui emploie le boursier. L'université ou l'établissement de recherche devra relever le boursier de toutes ses responsabilités administratives et d'enseignement, et devra continuer de lui verser son plein salaire et de payer ses avantages sociaux pendant toute la durée de la bourse. Les fonds alloués dans le cadre du programme seront utilisés par l'université ou l'établissement de recherche uniquement afin de défrayer les coûts pour trouver un remplaçant ou des remplaçants et pour payer le salaire et les avantages sociaux du boursier, pour toute la durée de la bourse, soit deux ans. La bourse ne couvre ni les coûts de recherche ni les frais de laboratoire; le boursier doit donc obtenir des fonds à ces fins à l'aide d'autres moyens.

    Les candidats admissibles aux Bourses de recherche Killam sont des chercheurs établis qui, depuis déjà bon nombre d'années, ont publié d'importantes recherches. Il s'agit normalement de professeurs titulaires dans des universités canadiennes qui publient depuis plus de 20 ans. Les Bourses leur permettent de poursuivre un projet de recherche précis dans l'un des domaines des sciences humaines, sciences sociales, sciences naturelles, sciences de la santé, et du génie, ainsi que des études touchant l'une des disciplines de ces domaines. Les Bourses couvrent une période de deux ans, et ce, sous réserve d'une évaluation à la fin de la première année. Les bénéficiaires canadiens peuvent utiliser leur Bourse au Canada ou à l'étranger, mais les résidents permanents du Canada ne peuvent l'utiliser qu'au Canada.