GreeneWeb

Ezra Greene

Ezra Greene - Université de la Colombie-Britannique

Comment les connaissances acquises sur la terre, la mer et la glace sont-elles apprises, enseignées et appliquées dans l’Arctique de l’Est canadien d’aujourd’hui? Comment l’économie des nouvelles technologies et celle de l’extraction des ressources sont-elles intégrées dans la vie et la culture inuite? Pour répondre à ces questions, Ezra Greene recourt conjointement à des méthodes anthropologiques, à la géomatique collaborative et au SIG participatif.

Ayant obtenu un diplôme de premier cycle de l’UBC, M. Greene connaissait déjà le campus et la ville de Vancouver. Au départ, il s’est intéressé à l’archéologie, en particulier celle de l’Égypte ancienne et de la Grèce. Cependant, au cours de ses études de premier cycle, notamment lors des stages de terrain dans l’Arctique canadien et pendant son séjour au Mexique dans le cadre d’un programme d’échanges d’étudiants, l’intérêt de M. Greene s’est porté vers les personnes vivant aujourd’hui. Sa superviseuse, la professeure Susan Rowley, et son épouse Krista Zawadski – une anthropologue et une chercheuse d’origine inuite – furent une source d’encouragement et d’inspiration.

M. Greene espère que, grâce à ses travaux, le transfert des connaissances et des pratiques exemplaires pourra continuer à se faire entre les différentes générations du peuple du Nunavut, et que cela favorisera des initiatives gouvernementales destinées à soutenir le mode de vie des Inuits en tenant compte des besoins réels de la population.

Avant ses études doctorales, M. Greene a travaillé comme technicien SIG pour le Stó:lō Research and Resource Management Centre de 2014 à 2016. Pendant cette période, il a travaillé sur des projets liés aux revendications territoriales, à l’exploitation des ressources naturelles, aux droits culturels, à la gestion des terres et des ressources, et au tourisme. Il a également entrepris un périple de trois semaines en vélo de la Forêt-Noire à la mer Noire pour recueillir des fonds afin de soutenir la recherche en vue de guérir la fibrose pulmonaire interstitielle. Amateur passionné d’activités de plein air, il aime la randonnée, la pêche, le camping ainsi que la musique et les livres. Pour lui, ce qu’il a réalisé de plus beau et ce dont il est le plus fier, c’est la famille qu’il a fondée avec son épouse.

« La pensée de William Blake tirée de The Marriage of Heaven Hell : “On ne peut jamais savoir ce qui est suffisant, à moins de savoir ce qui est plus que suffisant”, a toujours été une source d’inspiration pour moi. Découvrir cette frontière nébuleuse entre ce qui est suffisant et ce qui est plus que suffisant a donné de l’intérêt à ma vie ».

Bien que les attentes supplémentaires venant avec les encouragements comme ceux d’une bourse de recherche Killam puissent être à la fois intimidantes et motivantes, M. Greene se sent prêt à répondre aux attentes qui sont celles d’un lauréat Killam.

Sujet connexe

Retour en haut