M_Bouvier-Resized

Michel Bouvier (Sciences de la santé)

Prix Killam 2021

IRIC Université de Montréal

Michel Bouvier est une sommité mondiale de la signalisation cellulaire et de la pharmacologie moléculaire à qui l’on doit des percées importantes dans le domaine des récepteurs couplés aux protéines G (RCPG). Ses travaux novateurs sur les mécanismes de régulation d’une vaste famille de récepteurs cellulaires ont donné lieu à de nouveaux concepts essentiels à l’avancement de la recherche en santé et au traitement d’un grand nombre de maladies et de problèmes de santé.

Actuellement professeur au Département de biochimie et médecine moléculaire, et directeur général de l’Institut de recherche en immunologie et en cancérologie (IRIC) de l’Université de Montréal, Michel Bouvier est aussi membre de l’Académie canadienne des sciences de la santé et de la Société royale du Canada. Son leadership à l’IRIC a eu une influence profonde sur les échanges entre les milieux universitaire et industriel, ce qui a donné lieu à des modèles qui encouragent la collaboration continue entre ces deux secteurs, dans leur intérêt mutuel et celui de la société en général. En 2017, le gouvernement du Québec lui a remis le prix Wilder-Penfield, soit la plus haute distinction en recherche biomédicale.

Au nombre des précieuses contributions de Michel Bouvier, mentionnons la mise au point d’outils analytiques qu’il a diffusés largement dans la communauté scientifique pour faciliter la recherche dans d’autres domaines. En particulier, la mise au point et la popularisation de la technique de transfert d’énergie de résonance de bioluminescence ont aidé les chercheurs du monde entier en fournissant un outil sophistiqué pour l’analyse en temps réel des interactions protéine-protéine et de la transduction de signal dans des cellules vivantes.

À la tête d’une équipe de recherche à l’IRIC, Michel Bouvier continue de travailler à de nouvelles méthodologies pour le développement de médicaments. Ses recherches scientifiques en cours transforment les paradigmes et permettent de faire avancer les connaissances en physiologie, en pharmacologie et en médecine, et elles auront une incidence significative et durable sur la mise au point de nouvelles stratégies en vue d’interventions thérapeutiques personnalisées.

Photo: Christian Charbonneau

Sujet connexe

Retour haut de page