S_Gill-Resized

Stephen Gill (Sciences sociales)

Prix Killam 2021

York University

Les travaux de pointe de Stephen Gill dans le domaine des relations internationales et des affaires mondiales ont permis de faire progresser les connaissances sur la façon dont le système économique dominant à l’échelle mondiale a façonné la civilisation, partout sur la planète. Ses recherches décrivent la capacité extraordinaire du capitalisme et de ses marchés d’influencer et de transformer les valeurs culturelles de base d’une société et de ses citoyens. En appliquant une critique féministe à ses questionnements sur l’ordre économique et financier mondial, il a contribué à expliquer pourquoi les inégalités liées à la race, à la classe et au genre continuent de persister malgré les actions concertées déployées pour y remédier.

Stephen Gill est professeur-chercheur distingué en sciences politiques, en communications et en culture à l’Université York, et membre titulaire associé du St Antony’s College, à Oxford. Auteur prolifique, il a rédigé 29 livres et monographies, de même que 150 articles qui ont eu une grande incidence sur le savoir et les programmes de recherche dans les domaines des relations internationales, de l’économie politique mondiale, du droit et de la santé publique.

Par l’entremise de recherches sociales empiriques, les travaux de Stephen Gill ont profondément influencé l’étude des structures de gouvernance mondiales, le « nouvel ordre mondial » américain et la façon dont les traités et les accords commerciaux internationaux se répercutent sur les politiques publiques. En 2003, son livre Power and Resistance in the New World Order a remporté la distinction Outstanding Academic Title décernée par l’American Library Association.

Il a récemment décrit les effets de l’économie de marché néolibérale mondiale et de ses fondements idéologiques et mercantiles sur le système de santé mondial. Ses recherches montrent les conflits grandissants entre la poursuite effrénée des profits et les procédures de maintien en vie, et mettent en relief le besoin crucial d’apporter des changements aux politiques publiques afin de s’attaquer à la racine des grands problèmes de santé qui prévalent à l’échelle du globe.

Photo: Isabella Bakker

Sujet connexe

Retour haut de page