tania li-picture (1)

Tania Li – Prix Killam 2024

Sciences sociales

Université de Toronto

Tania Li est actuellement professeure au département d’anthropologie de l’Université de Toronto.

Bien que le monde s’urbanise, la moitié de la population asiatique continue de vivre en milieu rural dans des conditions qui ne cessent d’évoluer. Axée sur l’Indonésie, la recherche de Mme Li sur le terrain porte sur plusieurs décennies et examine la scène rurale changeante sous deux angles. Dans son livre Land’s End, elle explore la façon dont les agriculteurs familiaux et les peuples autochtones s’adaptent aux nouveaux marchés, générant des changements à partir de la base; dans Plantation Life, elle examine les changements générés à partir des niveaux supérieurs, et les défis que doivent relever les populations rurales lorsque les grandes entreprises occupent de vastes superficies de terres pour les plantations, mais offrent peu d’emplois.

L’ouvrage le plus important de Tania Li, The Will to Improve : Governmentality, Development, and the Practice of Politics, est un compte rendu remarquable du développement en action. Jetant un regard critique sur les programmes de développement dirigés par des experts qui accordent peu d’attention aux connaissances locales et aux pratiques de subsistance, il est devenu un travail fondamental dans le domaine des études sur le développement. Traduit en indonésien et en français, il est enseigné dans les universités du monde entier. Mme Li a également publié des articles dans de grandes revues couvrant l’anthropologie, la géographie et les études asiatiques. Huit de ses articles sont devenus des documents phares dans le domaine.

De multiples prix internationaux, récompenses et invitations à des conférences en Asie, en Europe et dans les Amériques reconnaissent l’ampleur et l’importance de la recherche de Tania Li, son rayonnement interdisciplinaire et ses remarquables compétences en tant que conférencière et auteure. Au-delà du milieu universitaire, elle est souvent invitée à s’entretenir avec des praticiens du développement, des représentants de l’État et des militants des droits fonciers et autochtones, des organisations environnementales et de justice sociale en Indonésie et ailleurs.

Sujet connexe

Retour en haut